Les brumes

Nous avons tout quitté pour un voyage
Au creux des brumes indolentes
Au coeur des landes les miroirs
Luisent des visages du pourquoi
Esotérique le monde est majeur et diamétralement opposé
A toute force de contenance
Il s’infiltre sur du velours
Noir, noir valium, de préférence
Et sous la pourpre de son envers sommeillent
Des pans entiers de rêves

Publicités
Cet article a été publié dans Cristaux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s