Combat : 4

La peur, non entendue puis oubliée, aura gonflé en importance. Entre elle et nous n’existe qu’une trappe, qu’elle soulèvera sans peine : seuls ceux qui la connaissent et qui lui ont parlé, les yeux dans les yeux, pourront se faire entendre d’elle. Les autres seront ignorants et sans armes.
Combat séculaire, affrontement des forces en présence : là-dessus tout est dit ; là-dessus rien n’est dit : jusqu’à une victoire, une défaite, ou une conjugaison.  A ce degré ultime, quel pourcentage d’erreur sommes-nous disposés à supporter?
Accéder à la profondeur : viabilité sans équivoque d’une angoisse tutoyable.
Arrivés à ce stade, au creux intime des mondes, une lumière noire pour tout domaine, il nous restera à faire ce qui nous sera imparti. Nous nicher sur nous-mêmes en notre forteresse. Et tout au fond, et tout au bout, à l’intérieur, la délivrance, délicieuse, du frisson.

Publicités
Cet article a été publié dans Le cercle ici gravé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s