Amniotiques : 5

Il suffira d’ouvrir les vannes et de laisser couler ce qui vient. Recueillis dans la cuve de notre intériorité les aléas sauront se trouver contenus. Les paillettes, les étincelles qui les diaprent bouillonneront à la surface dans un fracas de convenance. Enthousiasmés par le vide, les remous aptes à nous soutenir finiront perplexes par nous laisser passer.
Il ne s’agira plus de réfléchir. Le phénomène induit à marqué ses limites : un trait de vase contre les parois et l’eau du bain qui ralentit. Parallèles organiques : voilà que nous avions perdu tout notre lustre. Epiderme terni par les écailles, auprès des crocodiles à l’iris rose, nous avions su ce que ne plus pavoiser veut dire. Donnez le tournis à l’aurore, et voilà ce qu’elle devient.

Publicités
Cet article a été publié dans Le cercle ici gravé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s