Potences

Il y a les potences les regards coupables
Les cordes et les lacets douloureusement capables
De ruiner les options

Il y a les menaces aux coins noirs des salons
Les rideaux qui étouffent les souffles de protestation
D’improbables vengeances

Il y a tes yeux sombres qui m’intiment silence
Doigts tendus rires narquois doucereuse violence
Les lendemains déchantent

Il y a le chagrin le désespoir en pente
Mes pauvres mains qui prient les questions lancinantes
Drapeaux en pure perte

Il y a aujourd’hui nourrir ce corps inerte
Persister en tous points vivre la vie offerte
Ecouter les oiseaux

21/11/2009

Publicités
Cet article a été publié dans Intercessions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s