Juillet_2

Par bribes,
En pointillés,
Retracer le monde
Faire en sorte qu’il retrouve son lustre caché sous les falaises de cendre
Qui le recouvrent
Refuser de dormir et repenser le temps où
Tout était bien
Tout était doux
Si calme
So easy

Avant la perte, la guerre et ses fracas
Et ses lamentations
Ses feux de brousse

Publié dans Les jours, les nuits | Laisser un commentaire

Juillet_1

Tant de silence et de solitude
Ne peuvent être le fruit du hasard
Il faudrait inventer de nouvelles voies, de nouvelles façons
De faire
Pour contrer l’édifice d’ivoire
Biscornu
Du self-management

Publié dans Les jours, les nuits | Laisser un commentaire

Aquifères sont les tendances

Puissantes vagues motrices
Reflux cathartique décharné
Houle vertigineuse
Lames aventureuses
La marée s’avance recule et libère
Le passage aux horloges hors normes
Le message d’un affranchissement hors-bord

Jette le sel par-dessus l’épaule
Sers-toi de l’écume comme porte-drapeau
Aquifères sont les tendances ; visons plus haut
Plus juste et plus loin en amont du ruisseau
Au point gé-homérique où tout coule de source

Les éoliennes tournent à rebours, à reculons
Et les oiseaux de mer s’accumulent en grappes
Leur cri salin et rauque accomplit l’espace-temps
Il dévore mes entrailles neuves, mes souvenirs vieux
Ce que je fus un jour, et ceux que j’ai été

Le soleil se myriade dans les flaques et l’écho hurlant du large
Me gifle les cheveux, me lacère la face
Me griffe le sourire
Abolit toute grâce
Aspire à me réveiller, autre, cycle achevé
Regard inquiet, mains travesties
Souffle aux aguets, paumes meurtries.

08/2012

 

 

Publié dans Intercessions | Laisser un commentaire

Potences

Il y a les potences les regards coupables
Les cordes et les lacets douloureusement capables
De ruiner les options

Il y a les menaces aux coins noirs des salons
Les rideaux qui étouffent les souffles de protestation
D’improbables vengeances

Il y a tes yeux sombres qui m’intiment silence
Doigts tendus rires narquois doucereuse violence
Les lendemains déchantent

Il y a le chagrin le désespoir en pente
Mes pauvres mains qui prient les questions lancinantes
Drapeaux en pure perte

Il y a aujourd’hui nourrir ce corps inerte
Persister en tous points vivre la vie offerte
Ecouter les oiseaux

21/11/2009

Publié dans Intercessions | Laisser un commentaire

ABCD

Point A cherche point B. Point A voudrait point B. Point A désire point B. Mais point B n’en a cure. Point B pense à point C. Point B rêve à point C. Point B espère point C. Point C, lui, près de point D, il se sent bien. Ne veut pas d’autre point. Il n’en veut pas d’autre, point. Un point, c’est tout.
Point D aime bien point C.
Mais dernièrement, il a croisé point A. Il a flairé point A, il l’a bien reluqué ; il aimerait bien point A – aussi. Si point A savait ça. Mais sans doute il s’en doute. Et sans honte il a honte. D’être triste comme ça. Pour ces histoires de X. Qui font tourner le monde. En rond sur lui-même. On n’en sortira pas.
Les points l’un après l’autre s’exclament, ou s’interrogent. Parfois ils se suspendent, aux branches, aux évènements, aux lèvres. Parfois ils s’arrêtent là. Ils passent à autre chose. Ils passent à l’ennemi. Ils passent pour des vieux cons. Ils passent pour ce qu’ils ne sont pas. Car même les points se cachent, obligés de se barbouiller un masque pour survivre, comme tout le monde, dans une jungle métaphorique aux symboles d’une violence archaïque contenue inouïe. Avec deux points sur les deux i.
Le monde est vaste, la vie est courte; les points l’oublient jour après jour. Se courir l’un après l’autre leur suffit.
Et l’on voudrait leur faire croire
Que le bonheur
Existe.

Publié dans Choses | Laisser un commentaire